Moteur de recherche

HISTOIRE

AccueilHistoire

Nous étions en 1952: cette année-là naissait Isabella Rosellini, tandis qu'Eva Perón nous quittait ; Elisabeth II montait sur le trône à la mort de son père Georges VI, l'Espagne entrait à l'UNESCO et les cartes de rationnement, dernier vestige de la guerre civile, disparaissaient enfin.
Le 19 avril, au numéro 8 de la rue Velázquez de Madrid, le rêve de M. Baltasar Ibán Valdés, entrepreneur du monde des transports et fondateur de l'élevage de taureaux de combats qui porte son nom, devenait réalité avec l'inauguration d'un hôtel de cinq étoiles doté du luxe propre à la catégorie hôtelière la plus sélecte.

Il se trouvait dans le Quartier de Salamanca, qui doit son nom à l'architecte ayant lancé un nouveau modèle d'urbanisme. Dans le Madrid de 1857 et une Espagne gouvernée par Isabel II, le projet, qui occupait des terrains relativement éloignés du centre-ville, fut considéré comme peu viable et sans perspective d'avenir.

Hotel Wellington

Néanmoins, le projet élaboré par M. José de Salamanca (Malaga 1811-Madrid 1883), Comte de los Llanos et Marquis de Salamanque, gouverneur de Monóvar et Vera, député en 1836, ministre des gouvernements de Pacheco (1847) et de García Goyena, constitue aujourd'hui le quartier le plus chic et emblématique de Madrid. En effet, des rues comme Serrano, Goya, Villanueva, Ortega y Gasset, Jorge Juan, le Paseo de Recoletos ou les places du Marqués de Salamanca, de la Independencia ou de Colón offrent la possibilité de fréquenter les magasins des grandes marques, les antiquaires les plus renommés et les meilleurs restaurants, au sein de ce quartier chargé d'histoire.

Dans le quartier de Salamanca habitèrent Gustavo Adolfo Bécquer, le prix Nobel Juan Ramón Jiménez et, au numéro 76 de la rue Velázquez, les frères Serafín et Joaquín Álvarez Quintero. Dans la rue Claudio Coello, au numéro 91, se trouve la maison où résida le prix Nobel de Littérature 1989 Camilo José Cela, lieu où il écrivit son premier roman, « La familia de Pascual Duarte ». Emilio Castelar y Ripoll, président de la Première République, vécut dans la rue Serrano, au numéro 40 ; l'actuelle ambassade des Etats-Unis, ancien Palais de la Huerta, accueillit Antonio Cánovas del Castillo, qui y résida et y tint les conseils des ministres. Parmi les innombrables personnalités qui ont vécu à proximité de l'Hôtel Wellington, citons notamment Benito Pérez Galdos, Gregorio Marañón, Francisco Pi y Margall, Rubén Darío, Federico García Lorca, Santiago Ramón y Cajal ou Miguel Hernández.

Le numéro 6 de la Calle Velázquez accueille actuellement l'agrandissement de l'Hôtel Wellington, où se trouvait jusqu'en juillet 1936 la célèbre tour depuis laquelle l'écrivain Ramón Gómez de la Serna bâtit son univers magique. Gomez de la Serna voulut faire de Madrid une référence incontournable, à la fois locale et universelle, madrilène et mondiale. Cet auteur avant-gardiste, le plus post-moderne des modernistes, sut manier la langue avec dextérité et appréhender le monde qui nous entoure pour le décrire avec une imagination débordante dans les «Greguerías » et les «Ismos ».

En 1944, époque d'incertitude dans le secteur hôtelier et l'économie en général, M. Baltasar Ibán commande à l'architecte Luis Blanco Soler la réalisation d'un vaste projet, situé à quelques pas du parc du Retiro et accessible par un boulevard majestueux.

Hotel Wellington

Malgré des conseils défavorables et certaines divergences d'opinion, l'orientation initiale demeure, même si le projet d'origine est plus modeste et se limite à un terrain de plus petite taille, disposant d'une seule façade donnant sur la rue Villanueva. Toutefois, M. Baltasar Ibán ne renonce pas son idée d'un grand projet hôtelier et achète le terrain situé à l'angle des rues Velázquez et Villanueva. Il y fait finalement construire un bâtiment comportant deux façades symétriques de style noble, agrémentées de nombreux détails qui font que l'Hôtel Wellington est aujourd'hui un bâtiment classé et inscrit au patrimoine architectural de Madrid.

Les critères hôteliers appliqués jusqu'à ce moment-là en Europe et en Amérique évoluent et les chambres deviennent plus vastes. Les 160 chambres sont classées en trois catégories : chambres avec salle de bains, chambres avec salon et salle de bains, et suites comportant deux chambres avec salles de bains indépendantes, dressing et salon.

Hotel Wellington

L'élégante entrée permet d'accéder à différents espaces tels que la réception et la conciergerie, une salle des fêtes, une salle à manger privée, une galerie commerciale, un restaurant, un bar, une salle de lecture et un grand hall. Contrairement aux habitudes de l'époque et au mépris de l'avis des spécialistes, M. Baltasar Ibán décide la construction d'un grand garage qui caractérise, différencie et constitue aujourd'hui un atout pour l'exploitation de l'Hôtel Wellington.

L'hôtel est inauguré le 19 avril 1952 par M. Luis Bolín, Directeur Général du Tourisme, en présence du Comte de Bailén et d'un grand nombre de personnalités de la vie politique, culturelle et sociale des années cinquante.

Le premier client à séjourner dans l'établissement écrivit: « Avec l'immense satisfaction d'être le premier Espagnol inscrit sur le registre de ce magnifique hôtel, digne d'être considéré comme l'un des meilleurs au monde ». Depuis ce mois d'avril 1952 jusqu'à aujourd'hui, une foule de clients s'y est pressée et confirme, après tant d'années, que le Wellington reste le fleuron de l'hôtellerie madrilène.

Hotel Wellington

Ses chambres ont accueilli des personnalités telles que Gene Kelly, Xavier Cugat, Graham Greene, Ernest Hemingway, Severo Ochoa, les Ducs de Wellington et Ciudad Rodrigo ou l'humoriste Gila. LL.MM. le Roi et la Reine d'Espagne, LL.AA.RR. les Princes des Asturies, LL.AA.RR les Infantes Elena et Cristina, ainsi que d'innombrables figures appartenant à tous les secteurs de la société espagnole, mais aussi internationale, ont également accordé leur confiance à l'Hôtel Wellington.

Parmi les moments historiques qu'a vécu l'Hôtel, soulignons le 22 mai 2005 lorsque La Maison de S.M. le Roi a choisi le Wellington pour héberger les invités au mariage de LL.AA.RR le Prince Felipe et la Princesse Letizia, et a requis la présence de nos professionnels pour l'organisation du banquet nuptial célébré au Palais Royal de Madrid.

Parmi nos hôtes les plus récents, citons les acteurs Adrien Brody et Matt Damon, le Président de la République française Nicolas Sarkozy, le prix Nobel de la Paix Muhammad Yunus, la chorale des Petits Chanteurs de Saint Marc, interprètes de la bande originale du film Les Choristes, ou l'actrice Paz Vega, récompensée par le Prix Goya 2001 à la meilleure actrice révélation.

Hotel Wellington

On ne peut évoquer la tauromachie à Madrid sans parler des Arènes de Las Ventas, et on ne peut évoquer Las Ventas sans mentionner l'Hôtel Wellington qui, dès la pose de sa première pierre par M. Baltasar Ibán, grand éleveur taurin, s'est caractérisé par sa vocation taurine.

Dans les années cinquante, Curro Romero, qui était alors un novillero prometteur, établit sa résidence à l'hôtel. Dès lors, l'établissement devient le lieu où les maestros luttent contre les superstitions, les heures d'attente, les rêves, où les toreros se livrent au rituel taurin, la liturgie, les instants de solitude préalables, avant de franchir la porte des arènes en aspirant à sortir par la grande porte de la Monumentale, comme le fit Sebastián Palomo Linares le 22 mai 1972, récompensé avec les oreilles et la queue du taureau Cigarrón, avant de revenir triomphant à l'Hôtel Wellington où il avait revêtu son habit de lumière.

L'hôtel conserve cette tradition et connaît les attentes des toreros, raison pour laquelle Paco Camino, Jaime Ostos, Rafael de Paula, Manuel Benitez « El Cordobés », El Niño de la Capea, Manuel Caballero, Finito de Córdoba, Ortega Cano, Cesar Rincón, Luis Francisco Esplá, Espartaco, Francisco Rivera Ordóñez, Dávila Miura, « El Cid », Sebastián Castella, ou encore la jeune révélation Alejandro Talavante accordent leur confiance à l'Hôtel Wellington.

Même si les toreros exercent un rayonnement spécial, les rejoneadors trouvent également leur place au sein de l'établissement, tout comme les chefs d'entreprise, éleveurs et journalistes taurins, clients habituels de l'hôtel.

Enfin, clin d'œil à l'univers de la tauromachie, l'établissement a abrité, pendant de nombreuses années, un taureau de l'élevage d'Herederos de Baltasar Ibán, naturalisé après que Paco Camino eut obtenu ses deux oreilles à Alicante.

RÉSERVATIONS Date arrivée Nbre nuits Nbre chambres Adultes Enfants Modifier | Annuler
Date arrivée
|Messages aux clients|Plan du site|Mentions légales|Hôtels recommandés|Newsletter Fundación Wellington I PreferTM Global Guest Benefit Program Summit Hotels & Resorts Hotel Wellington
© Hotel Wellington, S.L. · C/ Velázquez, 8 - 28001 - Madrid - Spain · wellington@hotel-wellington.com · T +34 915 754 400·eMascaró Tourism
FERMER
MOTEUR DE RECHERCHE